Fin de récréation !

Il est temps de siffler la fin de partie et de remettre les pendules à l’heure.

Il y a ceux qui vivent, agissent et travaillent pour faire avancer la cause alsacienne et le changement politique et il y a les autres…

Ces derniers agissent uniquement en bande, pardon, en meute, comme des hyènes puantes et ricanantes. Derrière leur écran, ils se chauffent mutuellement et se persuadent que leurs âneries deviendront vérité s’ils en rajoutent. Alors ils s’enfoncent dans la surenchère, les gueux travestissant la vérité pour exciter les sots. Et les sots en rajoutant dans une spirale infernale.

Malversations financières, résolutions non conformes, président oligarchique, etc., que n’ai-je pas lu ? Je dois avouer suivre ce pitoyable étalage de bêtise humaine de loin en essayant de comprendre le mécanisme qui peut conduire des gens que je côtoyais hier à me cracher dessus aujourd’hui simplement parce que je ne partage pas leur amour d’un mouvement identitaire… le tout avec les mots « démocratie », « Alsace » et « respect » à la bouche. Ça laisse pantois… Et voilà que la peste se répand. Constatant le peu de prise qu’avaient sur moi leurs menaces et leurs injures, les voilà qui commencent à s’attaquer à des personnes honorables au seul motif qu’elles figuraient dans le comité de la FDA. Un lynchage doit user des mêmes mécanismes. Je vais donc sonner la fin de la récréation et remettre un peu les pendules à l’heure.

1 – Sur le non-respect des statuts de la FDA.

Les statuts ont été rédigés par une petite équipe dont je n’étais pas, mais qui comptait un certain Jean-Michel Ritter. Les statuts de la FDA ne sont qu’une copie quasi conforme des modèles standards que l’on trouve en ligne sur internet. C’est dire le sérieux avec lequel ils ont été faits.
…

Que me reproche au juste Jean-Michel Ritter ?

  • De ne pas avoir provoqué d’Assemblée générale pour décider de l’adhésion d’Alsace d’Abord ? Le comité était légitime pour décider de cette demande puisqu’il a avait eu un mandat clair et précis lors de l’AG du 29 janvier 2016. Un processus on ne peut plus démocratique.
  • Qu’à cela ne tienne, si le processus était bon, ce serait donc l’AG qui était illégitime au motif que j’ai oublié de nommer les réviseurs aux comptes ? Tous les juristes vous confirmeront que ce n’est pas un motif d’annulation d’une AG. Une AG extraordinaire était d’ailleurs prévue pour réviser les statuts et pallier cet oubli. Si Ritter veut la faire, qu’il la fasse.
  • Une prise de décision non conforme du comité directeur concernant l’adhésion d’Alsace d’Abord ? Nous avons tenu une première réunion dont le quorum avait été atteint avec les votes par procuration. Les statuts étant très mal ficelés et flous sur la question, nous avons tenu, par sécurité, une seconde réunion à Thann, avec convocation en règle et prise de décision à la majorité des membres présents. Catherine Dahmane, membre du comité directeur et dûment invitée, est venue à la réunion sans y participer, juste pour compter les membres présents. Une bien étrange conception de la démocratie…
  • La non-organisation d’une Assemblée générale suite à une demande faite par 39 membres ? Les statuts stipulent qu’une telle Assemblée générale Extraordinaire peut-être demandée par un quart des membres. Nous étions 172 à ce moment-là. Il est clair qu’il faut savoir compter pour comprendre que 39 membres de font pas le quart de 172… Je précise que Catherine Dahmane devait venir me voir le 13 juillet pour vérifier le nombre de membres au sein de la FDA, mais qu’elle n’est jamais venue. Facile, mais malhonnête, de crier au scandale ensuite…

Je rajoute que Jean-Michel Ritter nous a annoncé qu’il démissionnait de la FDA si Alsace d’Abord n’était pas accepté. Nous avons donc pris acte de sa démission… Et nous apprenons qu’il n’a finalement pas de constance dans ses écrits. Surprenant de la part d’un homme d’une telle intégrité, n’est-ce pas ? Et pourtant…ritter-demission-1

2 – Sur les malversations financières.

Là, on va trop loin, c’est de la diffamation pure et simple. Peut-être me déciderais-je finalement a déposé plainte pour diffamation. Ils sont tellement excités les sots, qu’ils ne réalisent même pas qu’ils dépassent la ligne blanche et qu’ils me tendent la perche pour les battre.
Les comptes seront publiés prochainement. J’aurais bien entendu préféré que cela aille plus vite, mais notre trésorier Eric Brengarht et moi-même avons rencontré quelques problèmes techniques d’accès aux comptes suite à la mauvaise saisie d’un mot de passe. Je rappelle que tant Eric que moi sommes bénévoles et que nous n’entendons pas nous plier en quatre pour répondre à des fantasmes… Ce n’est pas un gourou et une bande d’excités qui vont nous imposer leur tempo. J’ai même un malin plaisir sadique à faire durer la chose tant je vois comme ça les énerve. 😈

Maintenant, posons-nous les bonnes questions :

  1. La FDA n’a pu naître que par la bonne volonté d’Unser Land d’y participer. Sans eux, cette aventure n’aurait pas été possible. Présente au sein du comité, Andrée Munchenbach a démissionné avec le comité. Croyez-vous que parce qu’un certain Jean-Michel Ritter annonce vouloir reprendre le flambeau (qu’il ne voulait pas en janvier) Unser Land va se rallier à sa bannière ? Je rigole rien que d’évoquer la chose… Et lui, croyez-vous qu’il y croit vraiment ?
  2. La FDA, c’était d’abord un site où l’on pouvait adhérer et commander la carte d’identité alsacienne. Qui a réalisé ce site et le gérait bénévolement ? Qui gérait et traitait les commandes ?
  3. La FDA, c’était aussi les cartes d’identités alsaciennes. Qui gérait cette prestation pour un prix dérisoire ?
  4. La FDA, c’était aussi les livres d’histoire alsaciens convertis en version numérique pour élargir leur audience sur les plateformes numériques d’Apple, d’Amazon et de la FNAC. Qui selon-vous faisait ce travail ?
  5. La FDA, c’était aussi un intranet, un ERP pour gérer les membres. Selon vous, qui gérait et mettait cette infrastructure à disposition gracieusement ?

Vous l’aurez compris, j’étais le seul à gérer tous ces points. Dès lors, si je décide avec les membres du comité de quitter la FDA, croyez-vous que je vais continuer à faire tout ce travail pour les beaux yeux de Jean-Michel Ritter et de ceux qui le suivent sans réfléchir ? Allez, je sais que vous connaissez la réponse  😛

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup dit l’adage. Ne trouvez-vous pas que cet acharnement à détruire d’abord et maintenant à vouloir reprendre la FDA est étonnant ? Le mouvement Alsace d’Abord ne se suffit donc pas à lui-même ? Il lui faut une fédération de ses membres en plus du parti, et maintenant encore la FDA ? Mais pour en faire quoi ?

Pour ses finances ? On rigole doucement là. La FDA est née plombée par les frais des procédures au Conseil d’État, sous la houlette de son ancien président qui a mandaté deux avocats pour un coût de 5000 euros, avec l’accord du comité, précisons-le. À l’époque, ça semblait être l’ultime recours. Je dois avouer que nous avons quand même été un peu surpris d’apprendre qu’Unser Land avait réussi à faire la même procédure sans dépenser un euro… Mais les décisions avaient été prises et les avocats mandatés. Il fallait donc financer les 5000 euros.

Pour informations, au moment de l’Assemblée générale, nous avions seulement pu rembourser une partie. Le solde est sur les comptes et sera payé. Des circonstances un peu particulières font que le trésorier a décidé de surseoir à ce paiement… Mais rien à voir avec l’intégrité et l’honnêteté des membres actuels du comité.

Mon entreprise, qui supporte la fabrication des cartes d’identité, a aussi une facture ouverte auprès de la FDA et tout indique qu’on arrivera pas à la payer entièrement. Je ne peux donc que me réjouir que Jean-Michel Ritter souhaite reprendre le flambeau. Il pourra ainsi solder cette facture ouverte…

En clair, si les philistins pensaient donc s’enrichir et financer à moindre coût leur propagande nauséabonde, c’est dommage, mais il n’y a pas ce qu’il faudrait en caisse.

Reste l’autre « valeur » : le fichier des adresses des membres et des cartes d’identité. J’ai préparé un export de la base de l’ERP et je le remettrai à Jean-Michel Ritter. Libre à lui de s’adresser à un prestataire Odoo (qu’on peut aussi télécharger et installer gratuitement) pour récupérer les informations. Ben oui, c’était gratuit tant que j’étais là pour gérer, maintenant que je ne suis plus là… Et non, la FDA n’a pas acheté une imprimante qui permettrait de faire une édition papier… dommage.

Voilà, maintenant, j’attends la suite avec délectation. On va voir si les béotiens, à la grande bouche parviennent à réaliser le quart de la moitié de qu’ils nous promettent. J’attends depuis le mois de juin (date de l’un des premiers ultimatums de Jean-Michel Ritter pour lui remettre le fichier des membres, depuis je croule sous les ultimatums), ma convocation devant un tribunal. Je l’invite à le faire, qu’on rigole un peu. Facile de faire le beau sur Facebook et de diffamer à tout va, faut aussi agir… 

Il serait temps de comprendre qui est Jean-Michel Ritter, Grand sauveur de l’Alsace, magicien prévisionniste devant l’éternel, dont le sens de la diplomatie, l’esprit fédérateur et l’engagement sincère font qu’on a tout de suite envie de le suivre et de s’allier à sa bannière. Sans lui, sachez-le, l’Alsace ne sera point sauvée !

Lui, l’homme qui nous a convaincus qu’il mettrait sa fortune au service de notre cause (qui se souvient quand il nous expliquait, la main sur le cœur, qu’il avait été ému de voir sa mère pleurer en entendant que l’Alsace allait disparaître et que désormais il mettrait l’argent de la voiture de collection qu’il s’achetait chaque année au service de la cause ?). On a vu… enfin, non, on n’a rien vu, on attend toujours de voir.

Je l’ai pratiqué au sein du comité de la FDA et je dois avouer que j’ai été au départ convaincu de sa sincérité et de son engagement. Pourtant, au fil du temps, j’ai commencé à me poser des questions, et je n’étais pas le seul :

  • Quand j’ai voulu mettre en place un système pour saisir les pétitions « Alsace, retrouve ta voix » au fur et à mesure qu’elles nous arrivaient, c’est lui a estimé que c’était inutile au départ. Ensuite, c’était devenu insurmontable tant il en arrivait.
  • Il faut aussi savoir qu’après la démission de Paul Mumbach, j’ai été amené à diriger la FDA en tant que vice-président. Mais Jean-Michel Ritter était le président d’honneur. Il avait donc une autorité naturelle au sein du comité. Nous avions programmé une action spectaculaire qui consistait à nous enfermer dans le donjon du château du Haut-Koenisbourg et d’y faire une grève de la faim pour s’opposer à la fusion. Nous étions trois à être prêts à le faire. Mais quand il a vu que nous étions fermement décidés, c’est encore lui qui dissuadera le comité de mener cette opération au motif que nous n’étions pas assez. À l’époque le comité avait décidé, donc difficile d’aller contre…
  • Au moment de l’Assemblée générale du mois de janvier 2016, je lui ai proposé de prendre la présidence, ce qu’il a refusé. Pour diviser, mieux vaut rester un électron libre, n’est-ce pas ?
  • David Duss avait le projet d’un autocollant pour remplacer celui de la cigogne du Conseil général qui se délave à l’arrière des voitures. Nous avions aussi le projet d’un tract à distribuer à tous les Alsaciens. Nous espérions que nous verrions enfin voir apparaître les financements promis… on attend toujours.
  • Il y a cette réunion avec les cadres d’Unser Land que David Duss et moi-même avons réussi à planifier à Colmar. Dans cette réunion assez houleuse au départ, Jean-Michel Ritter s’est engagé à ne plus attaquer Unser Land sur Facebook et à adhérer à leur association de financement pour les législatives contre l’assurance qu’il serait le candidat UL et l’accord de ne pas en faire état. Là, j’ai compris que sa parole ne valait rien et n’engageait que ceux qui y croient.
  • Nous avons travaillé avec d’autres membres du comité à l’opération visant à obtenir la démission des maires et de mon côté j’avançais avec le journal alsacien hopla.net. Ces deux opérations étaient proches du lancement quand Jean-Michel nous a annoncé qu’il rencontrerait Jacques Cordonnier et que nous aurions la demande d’adhésion du mouvement Alsace d’Abord, ce qui s’est confirmé le soir même. Difficile pour moi de ne pas être frappé par la coïncidence de la proximité des événements, le problème Alsace d’Abord nous ayant fait perdre beaucoup de temps sur les deux autres projets.
  • Il y a ses messages dans lesquels il dénonce pour s’exonérer…
    ritter-alsace-dabord-1Il y a ses interventions sur Facebook et ses appels à l’unité, alors que nous étions ensemble et en bon terme au sein de comité. Imaginez la surprise des membres du comité directeur de découvrir que Jean-Michel Ritter nous invitait Andrée et moi, sur Facebook, à participer à une table ronde avec Jacques Cordonnier ??? On croyait rêver, mais on commençait à voir de plus en plus clair dans son jeu.
  • Souvenez-vous, j’ai été accusé de favoriser Unser Land en échange d’une investiture pour les législatives. Que n’ai-je pas lu sur le sujet ; j’aurais sacrifié la FDA contre un poste, je serai un jacobin, etc.. La réalité est que j’ai accepté le principe d’une primaire et que j’ai été battu par Hervé Ott. Même si je pourrais sans doute discuter de certains aspects perfectibles de cette primaire, j’ai décidé d’accepter le vote parce que seul compte l’intérêt supérieur de l’Alsace et qu’une division à huit mois des législatives serait suicidaire. Étrange, depuis je n’ai pas entendu Ritter ou quiconque sur le sujet. Serait-ce qu’ils se sont trompés ?
  • Et sans cesse ses critiques de la FDA, d’UL et parfois même du FN ou d’Alsace d’Abord. Je ne retrouve plus son message, mais nous sommes quelques-uns à qui il a même annoncé la création de son parti politique…

Personnage trouble, surgit de nulle part pour défendre l’Alsace, que penser de lui, quand on sait que de tout temps l’état français a usé de barbouzes chargés de semer la zizanie dans les rangs adverses ? Je vous laisse décider, pour ma part, j’ai ma petite idée.

Oh, comme tous les gourous dans les sectes on en trouvera qui lui prêtent encore du crédit. Contrairement à ce qu’affirme Ritter, qui cherche à détruire la renommée des uns et des autres pour les affaiblir, les forces alsaciennes travaillent ensemble, se parlent, échangent malgré des opinions différentes parfois.

Les uns sont régionalistes et voudraient un peu plus d’Alsace dans un état français qui resterait fort, les autres sont plus autonomistes et aimeraient moins de France dans une Alsace plus forte et nous sommes de plus en plus nombreux a assumer nos idées pour une indépendance de l’Alsace… Sans France, nous nous porterions bien mieux. Bref, on ne partage pas forcément la même vision de l’Alsace, mais nous sommes en contact, nous échangeons, nous faisons avancer les choses et maintenons la pression sur les élus en place et sur le gouvernement.

Et puis il y a Jean-Michel Ritter et ceux qui croient encore en lui, ceux qui n’ont pas encore compris. Ils s’imaginent plus Alsaciens que les autres. Ils pensent tout savoir et avoir tout compris. Ils prônent l’union et l’unité en crachant sur les uns, vomissant sur les autres et salissent notre Rot un Wiss en le mêlant à leur propagande, sans réaliser qu’ils font fuir les gens et provoquent le rejet de notre cause. À minima, ils provoquent un découragement, une lassitude… exactement ce que cherche à faire Jean-Michel Ritter ! Voilà bien pourquoi je crois qu’il ne faut même plus répondre aux attaques sournoises et perfides de ce preux chevalier… Ignorez-le, sortez-le de vos amis, quittez son groupe Rot un Wiss, moins il aura d’audience et moins il pourra nuire à notre combat.

Pour connaître beaucoup de ceux qui croient en ce messie, je ne doute pas un seul instant qu’ils ouvriront les yeux et qu’ils finiront par comprendre. En attendant, restons unis et avançons.

Nous avons huit mois pour convaincre les Alsaciens de nous faire confiance ! Seul compte ce combat là, et ce n’est pas un Jean-Michel Ritter qui réussira à détourner les Alsaciens de leur combat.

Edit du 16 novembre 2016 à 21 h

Voilà, le fichier a été envoyé à Jean-Michel Ritter. Son avocat semble avoir oublié de lui indiqué que le secrétaire, le trésorier et le président d’une association restaient responsables tant que l’association n’a pas été dissoute.

confirmation-expedition-ritter

Nous transmettrons donc les comptes et les autres éléments juridiques à Jean-Michel Ritter quand il aura organisé l’Assemblée générale extraordinaire comme il s’y est engagé et qu’un nouveau comité sera nommée, en échange d’une décharge. En effet, si nous devions transmettre les comptes maintenant, nous serions responsables au regard de la Loi… Chose encore plus surprenant, c’est un certain Thierry Fritz, d’Alsace d’Abord, mais non membre de la FDA, qui me réclame l’accès aux comptes…

Edit du 16 novembre 2016 à 21 h 45

Voilà, Jean-Michel Ritter a téléchargé le fichier. Désormais nous attendons qu’un nouveau comité dûment nommé nous demande les comptes et les documents de la FDA.

ritter-confirmation

Publié par

Jean-François Mattler

Je suis un poisson du 7 mars 1965. Bien que né à Mulhouse et ayant grandi à Wittenheim, je suis un arrière-petit-fils de Sundgauviens, de Waldighoffen et de Riespach côté paternel et de Walheim et Altkirch, côté maternel. N’en déplaise à un Premier ministre de la France, binational franco-suisse (nationalité suisse non assumée), d’origine catalane par son père, je suis du peuple alsacien !

Laisser un commentaire